Actualités

L’A65 et le coût….de l’environnement

Le 21.10.2016

Retour

Une autoroute du 21ème siècle se conçoit, se construit et s’exploite en intégrant systématiquement des enjeux « invisibles » pour l’usager mais pourtant bel et bien réels.

Au titre de ces enjeux, les richesses environnementales et les mesures mises en œuvre pour intégrer au mieux l’autoroute afin d’en faire un élément structurant des territoires traversés.

Quelques exemples de ces mesures :

  • Les bassins multifonctions et les ouvrages hydrauliques (dont les viaducs),
  • Les merlons et écrans anti-bruit pour la protection des habitations riveraines,
  • Les rétablissements d’itinéraires de randonnées,
  • Les passages pour la grande et la petite faune allant de la simple buse en béton au viaduc pour les espèces les plus emblématiques,
  • La création de mares,
  • La plantation de dizaines de milliers d’arbres sur les 150 km,
  • La pose de près de 400 km de clôtures à maille progressive et de clôtures petite faune,
  • La sécurisation foncière de plus de 1400 hectares de terrains naturels par acquisition ou conventionnement et la prise en charge financière de leur gestion jusqu’à la fin de la concession soit 2066,
  • La participation financière aux plans de sauvegarde de 5 espèces ou groupes d’espèces emblématiques des territoires traversés et ceux en partenariat étroit avec des associations et organismes locaux.

LD-A65-LeGez-8986.jpg (A65-Mai 2011)

Le coût total estimé de la prise en compte de l’environnement dans la construction et l’exploitation de l’A65 est évalué à plus de 250 millions d’euros … qu’on se le dise !

passage inférieur